Diapositive1



«Envie de dialogue»...?


Mais, reconnaissez déjà les nuisances,

et répondez

aux propositions qui vous sont faites...!




En commentaire de l'article "Réponse d'un aéroclubiste passionné... mais bruyant et sans remords", M. Marcel Vallet, pilote lui aussi, écrit ceci :


Humeur

Bonjour,

Je suis attristé par le contraste entre le point de vue mesuré, conciliant, main tendue de mon collègue pilote et votre réponse sarcastique et dénuée de tout envie de dialogue, soit !

Cependant, se rencontrer, se parler, mieux comprendre nos projets réciproques, pourrait faire avancer votre cause au delà de ce que vous imaginez. C'est vrai, non pas 20 mais 60 ou 80 membres d'un aéroclub ne pèsent pas lourd électoralement, je l'ai déjà noté dans la réponse inquiète de l'élu.

Par contre votre stratégie guidée par la rupture sans discussion possible peut aboutir, mais en récoltant la tempête, ne vous y trompez pas : A la place d'un aéroclub et sa verdure environnante et son petit millier d'heures de vol annuel, vous aurez au mieux des lotissements, au pire une zone industrielle... C'est déjà arrivé, croyez moi !

Alors venez nous voir, discutons, les pilotes sont gens normaux, des humains tout simplement qui savent que le compromis acceptable est toujours préférable à la confrontation stérile.

A bientôt j'espère.

Aéronautiquement votre.

Marcel VALLET

posté par Marcel Vallet - 5 juillet 2006 - 19 : 41


Réponse à M. Marcel Vallet

Monsieur,

Vous adoptez la même attitude que votre collègue, M. Gambarelli : vous faites mine de vous offusquer du ton sarcastique et cherchez à passer pour une victime... Mais la réalité, c'est que VOUS êtes à l'origine de nuisances sonores qui incommodent des milliers d'habitants de notre commune. Alors, ne vous étonnez pas de notre colère.

Vous suggérez de "se rencontrer, de se parler"..., mais ce blog sert à cela. Et s'il est alimenté en informations et documents, c'est à nous qu'il faut le devoir. Je vous suggère, à mon tour, d'être un peu plus attentif aux troubles de l'environnement que vous causez à vos concitoyens. Car, avant de "se parler", il faudrait déjà reconnaître les faits, c'est-à-dire les nuisances sonores. Ce que ni M. Gambarelli ni vous même, n'avez encore admis.

Vous regrettez la "confrontation stérile". Mais elle n'est pas de notre fait. Sur ce blog figurent des propositions de protection contre les nuisances de l'aéroclub (également rappelées ci-dessous), que vous vous gardez d'évoquer alors qu'elles sont suffisamment précises. Et connues des milieux aéronautiques. Pour quelles raisons n'en dites-vous rien ? C'est à vous de répondre à ces mesures.

D.C.A.
12 juillet 2006



rappel


Contre les nuisances des activités non réglementées de l'aéroclub Saint-Chamond-L'Horme, il faut envisager des mesures de protection des citoyens visant à garantir leur tranquillité. Parmi ces mesures :

- réduction du bruit à la source par l'obligation faite aux avions de s'équiper de silencieux d'échappement et d'hélices dites "multipales", contre les systèmes à échappement libre très bruyant (cf. références de la Fédération Nationale Aéronautique)-;

image8

un silencieux d'échappement pour avion, conforme à la réglementation ;
il se monte en 3 ou 4 heures... (source)


- interdiction du survol de la ville à certains moments de la journée ("plages de silence") en semaine et en fin de semaine (par exemple, comme en Allemagne, interdiction les samedis, dimanches et jours fériés de voler avant 9 h et après 13 heures) ;

- limitation des mouvements simultanés, des vols de formation (écolage), des activités dites "de tour de piste" qui amènent les avions à enchaîner les décollages et atterrissages au-dessus des zones habitées, etc.

- redéfinition des plans de vol par la DGAC (Direction Générale de l'Aviation Civile) en vue d'assurer le droit à la tranquillité des habitants ;

- élaboration d'une "Charte de bonne conduite environnementale" que devrait s'engager à respecter l'aéroclub (voir celle de l'aérodrome de Toulouse-Labordes).

Et il faudrait également réfléchir à la dangerosité des activités de l'aéroclub. Le rapport du Bureau Enquête-Accidents de la DGAC établissait, de 1999 à 2002, un total de 1122 accidents provoquant 286 morts (à bord, seulement...) et 252 blessés...!

D.C.A.
25 mai 2006